Archive | Humeur RSS feed for this section

J’ai retrouvé Gilles Duceppe!

13 Août

Vous vous demandiez où était rendu Gilles Duceppe? Je l’ai retrouvé… à la Fête des enfants!! Il semblait avoir abusé du kiosque à churros… 😉

Publicités sur les Bixi: l’opposition se manifeste!

9 Mai

Les Respectables: public recherché…

25 Août

Mon billet sur Les Respectables a suscité pas mal d’intérêts, de réactions et de rire semble-t-il… Tant mieux, j’aime bien divertir et faire réfléchir en même temps. Je ne pensais pas revenir sur leur cas mais une généreuse twitteuse (qui préfère garder l’anonymat) m’a fait parvenir un lien fascinant.

Il s’agissait du site Web d’une entreprise spécialisée en recrutement de publics. Il est même détaillé sur la page d’accueil que:

«notre objectif est de cibler d’une façon précise le public requis selon l’événement et d’en assurer sa participation. Nous recrutons le public en respectant les besoins des producteurs qu’il représente. Nous procurons des entrées gratuites à des auditoires ciblés pour assister à des émissions et des événements de tout genre. Nous sommes le lien entre l’auditoire et le producteur.»

Et dans la section des événements spéciaux, qui est à la recherche de public pour remplir sa salle et donner l’impression que le tout Montréal s’est spontanément garroché pour célébrer le lancement de leur album? Et oui nos amis qui s’apprêtent à conquérir la planète!

Bon, vous remarquerez qu’il y a aussi Jonathan Painchaud qui recrute lui aussi son public via cette même firme spécialisée en bourrage de salle. Sûrement que d’autres le font. Vrai que ça fait quand même de plus belles images à montrer. «Le Club Soda était remplit à craquer et les fans étaient comblés hier soir au Club Soda pour le lancement de…» Ça commence bien un article de journal…

Je ne remet pas en question le fait que les gens qui sont recrutés pour assister à ces spectacles sont probablement contents d’y être et apprécient sûrement l’artiste. Mais c’est la mise en scène, la stratégie marketing, l’ambiance calculée que je trouve désolante. Les ficelles sont apparentes, le jupon dépasse et on est sensé gober ça le sourire aux lèvres…

«Nous sommes le lien entre l’auditoire et le producteur». affirme la shop à public. Pas entre l’auditoire et l’artiste. Entre l’auditoire et le producteur!

J’ai vraiment rien d’autre à ajouter…

Les Respectables: Think big ‘stie!

18 Août

Hier, dans le Journal de Montréal (oui j’achète un journal en lock-out, c’est le seul qui tient sur le coin d’une table de resto sans tremper dans le verre d’eau de la table d’à côté…) j’ai lu un article ahurissant d’incongruités. Je vous en offre une version commentée, dégoulinante de mauvaise foi:

RESPECTABLES
Cap sur l’Australie
Michelle Coudé-Lord

17-08-2010 | 05h59

Une carrière internationale est sans conteste

C’est ce qu’on appelle ne pas laisser de place à la contestation…

à la portée du groupe québécois Les Respectables qui a été invité à chanter en Australie en octobre par les bonzes de l’industrie internationale de la musique.

Qui ça «les bonzes»? Jamais entendu parler d’eux moi «les bonzes»…

Les membres du groupe sont déjà assurés d’une tournée de spectacles en Europe et en Asie en 2011.

«Nous venons de signer avec un important agent en Angleterre qui nous ouvre les portes de l’Europe et de l’Asie, résultat des performances des Respectables aux Musexpo de Los Angeles et de Londres.

Venir de signer avec agent (aussi important soit-il) n’assure en rien une tournée digne de ce nom…

Or, comme ils sont invités en Australie, c’est la première fois qu’un band dans le monde participe à ces trois événements de Musexpo.

Vraiment? Quelqu’un peut vérifier ça svp?…

Et là, nous devrions finaliser les ententes de disques tant pour l’Europe que pour l’Amérique du Nord d’ici la fin septembre», confirmait hier au Journal de Montréal, le gérant des Respectables, Nicolas Lemieux.

Remarquez le temps du verbe devoir…

Le showcase de l’Australie se tiendra du 4 au 10 octobre.

Le son rock’n’roll des Respectables séduit les bonzes de la musique.

Encore les fameux «bonzes»…

«Ici, nous nous sommes fait bouder par les radios

Quoi??? Pardon??? N’importe qui qui a entendu 8000 fois une de leur toune en faisant l’épicerie sait que les radios boudent vraiment très fort les Respectables…

et pourtant ailleurs, on semble définitivement aimer le style rock très pur du groupe québécois.

Où ça ailleurs? Style rock très pur? L’argent fait le bonheur, c’est vrai que c’est du rock 100% pur jus…

C’est fameux ce qui leur arrive», ajoute le gérant, agréablement surpris de cette carrière internationale qui s’offre au groupe québécois après 20 ans d’existence.

Tiens, maintenant ils ont déjà une carrière internationale avant même de l’avoir commencée. Non mais ça va-tu assez vite leurs affaires?

Sébastien Plante, le chanteur du groupe croit rêver.

Nous aussi…

«Tant à Londres qu’à Los Angeles, nous avons joué avec passion, au naturel. Les gens ont pu entendre le vrai son des Respectables et voilà que la porte s’est ouverte. Ils croient en nous.

Ils?? Croient??? En nous????

On s’aperçoit que le rock’n’roll est très fort partout sur la planète.

Toute une révélation ça!! C’est parce que ça fait 50 ans que c’est comme ça…

Ce sera fameux d’aller vers des publics d’ailleurs. Je ne pensais jamais me rendre aussi loin qu’en Australie et en Asie. C’est extraordinaire ce qui nous arrive», précise le chanteur.

Il n’y a rien qui est encore arrivé. Nothing. Niet. Zéro pis une barre…

Sortie mondiale de Sweet Mama

C’est ainsi que l’album anglais Sweet Mama sera réédité avec deux nouvelles chansons en prévision d’une sortie internationale au printemps 2011.

On a le temps d’oublier si jamais ça tombe à l’eau…

«On sent que pour eux c’est là ou jamais», mentionne Nicolas Lemieux.

Et si ça marche pas là, on va nous servir un «le timing n’était pas au rendez-vous, on va se reprendre…»

Les négociations sont très intenses pour signer avec une compagnie de disque.

«Tout est sur la table présentement tant pour l’Amérique du Nord que pour l’Europe. D’ici la fin septembre, une entente devrait être intervenue.

C’est sûr que si tout est sur la table toute devrait ben aller…

Tout est fait cependant pour la tournée de spectacles en Europe et en Asie. Une chose est certaine, l’album Sweet Mama aura une sortie à l’échelle internationale. Celle-là nous ne l’attendions pas. C’est formidable et aussi très prestigieux. Les gars croient rêver», affirme leur gérant.

Tout d’un coup, tout est fait! À l’échelle internationale c’est-tu au moins deux pays ça? Pour être prestigieux, c’est prestigieux…

Pourquoi maintenant ?

Bonne question…

«Nos performances données lors des showcases de Los Angeles et de Londres nous ont permis de nous faire voir par les plus grands décideurs de la musique rock dans le monde et je crois qu’ils ont définitivement aimé notre son.

Wow! Les plus grands décideurs de la musique rock dans le monde!! C’est eux qui décident si c’est de la musique rock papa?

Sweet Mama est un album qui nous définit parfaitement comme groupe. C’est notre musique au naturel. Nous nous sommes laissés aller comme jamais et ça marche», s’enthousiasme Sébastien Plante prêt pour ce défi à l’échelle mondiale.

Lire, avant on faisait tout de sorte de compromis, on faisait vraiment n’importe quoi pour vendre des records, mais tout ça, c’est du passé…

«C’est le fun de croire que des gars de chez nous, du Québec, peuvent attirer l’attention sur la scène internationale du rock’n’roll, un monde si compétitif», précise le chanteur.

OK, Arcade Fire ils viennent de Londres finalement…

En français

Les Respectables ne délaissent pas pour autant leur carrière en français dans leur patelin.

Ben non, ils vont rester les mêmes bon gars accessibles et facile d’approche même s’ils sont devenus des méga-stars worldwide…

Leur nouvel album en français qui portera le titre Guacamolé, «un beau mélange de rock et de reggae» sortira au Québec le 21 septembre.

Guacamolé??? Pourquoi pas Los Tabarnacos tant qu’à y être?!! Pis du rock et du reggae ensemble ça fait tellement des bonnes tounes d’été ça, on tellement besoin de ça l’été…

Les Respectables présenteront Guacamolé à Montréal, au Club Soda, le 20 septembre, à Québec, au Capitole, le 22 septembre.

Rien de mieux qu’une bonne grosse rumeur de succès planétaire avant un petit lancement d’album local…

Et de plus, en compagnie de Steve Hill, les Respectables s’installent au Capitole de Québec pour une série de spectacles du 2 au 31 décembre. Le titre du spectacle est Les Respectables On the Rock.

Ben là, c’est parce que si y restent au Capitol pendant un mois pis que le Late Show les appelle pour venir jouer la veille de Noël qu’est-ce qui vont faire??

«La patience paye toujours. Il faut rappeler qu’une poignée d’artistes ont la chance d’être sélectionnés pour ces événements prestigieux de la musique comme Musexpo. Or, les Respectables ont dû retenir l’attention et impressionner les bonzes de l’industrie qui les voient aujourd’hui être capables de tenter leur chance sur la scène internationale.

Ça va-tu vous rentrer dans la tête??? Êtes-vous sûr d’avoir bien compris le message?? «Les bonzes» trippent sur les Respectables ok là!!!

Au moment où l’industrie du disque bat de l’aile, les spectacles de rock gagnent en popularité sur la planète. Le style de la musique des Respectables arrive au bon moment. Disons que le timing est parfait», précise le gérant du groupe.

Là franchement, c’est du gros n’importe quoi…

Sébastien Plante enregistrera également cinq chansons en espagnol.

«Toutes les possibilités s’offrent à nous. Ces expériences nous donnent confiance et nous incitent à voir grand. Une carrière internationale est à notre portée, à nous de bien saisir cette chance unique», conclut le chanteur.

Amen!…

Les petits poissons dans l’eau nagent aussi bien que les gros…

8 Août

Gens du pays…

6 Juin


Si j’étais à Montréal le 23 juin, je sais où j’irais célébrer le Québec d’aujourd’hui: à l’autre St-Jean

Dominic Arpin: patrouilleur du web et spécialiste des transports sur l’autoroute de l’information…

5 Juin

Bon, on  s’y remet sur ce blogue! Je l’avais délaissé un peu par manque de temps, moyennement par manque d’inspiration, et pas mal parce que j’étais en processus pour une job et que je savais mon empreinte web épiée par mes employeurs potentiels (c’est fou ce qu’on peut apprendre en regardant par quelles recherches Google les gens tombent sur mon blogue)…

Anyway, là, j’ai pas le scoop de la mort à vous proposer. Juste une illustration de la magie de Twitter. La semaine dernière, c’était la Semaine nationale des transports. J’ai vu une pub à la télé et une dans le journal. On y voyait le patrouilleur du Web, Dominic Arpin, dans le rôle du porte-parole. Je répète, Dominic Arpin était le porte-parole de la Semaine des transports! Je sais pas pour vous, mais moi, quand je pense à un dix roues, ce n’est pas vraiment Dominic Arpin qui me vient en tête.

Comme j’aime bien poser des questions, dans la vie en général mais aussi sur Twitter, j’ai posé celle-ci vendredi: En quoi @dominicarpin est qualifié pour être porte-parole de la Semaine nationale du transport? #cestnimportequoicecasting

Quelques personnes m’ont «replyé» abondant dans le même sens que ma question, avec un point d’interrogation dans le front. Pourquoi Dominic Arpin? Le principal intéressé a vu passer le tweet et m’a demandé mon courriel en privé pour me répondre «en plus de 140 caractères» comme il me l’écrivait. Voici sa réponse:

Dominic Arpin: patrouilleur du web et spécialiste des transports sur l’autoroute de l’information…

Salut Éric. Je comprends ton interrogation par rapport à la Semaine nationale des transports. Le lien ne saute effectivement pas aux yeux. Si l’AQTR a fait appel à mes services ces deux dernières années, c’est parce qu’elle estime que je suis un bon candidat pour rejoindre les jeunes (on souhaite les intéresser aux métiers des transports) et parce que la Semaine a entre autres pour objectif de faire connaître les initiatives à saveur technologique dans le milieu des transports (application iPhone de la STL, camion multi-fonctions, système de transport intelligent, etc).

Le fait que je sois à l’emploi de TVA et NRJ, deux partenaires média de la Semaine, n’y est sans doute pas étranger non plus.

Je ne me considère pas un expert en transport, loin de là, mais ma curiosité pour la chose fait en sorte que je remplis plutôt bien mon mandat depuis deux ans.

Ton interrogation était légitime. Ça prouve que le message n’est pas assez clair. On va se reprendre l’année prochaine! Voilà, j’espère que ça répond à tes questions.

À+

Une explication qui concorde avec celle que j’ai trouvée sur le site de l’AQTR (une recherche que j’aurais dû faire avant de poser baveusement ma question sur Twitter):

«Le choix de Dominic Arpin comme porte-parole de la Semaine nationale des transports 2009 s’est imposé dès que l’objectif de la Semaine a été déterminé : intéresser les jeunes à orienter leur choix de carrière vers le monde des transports. Par son bagage professionnel, Dominic Arpin représente le candidat idéal pour faire le pont avec le public ciblé.»

C’est quand même ce qu’on appelle offrir un bon service après-vente ça monsieur! C’est comme ça Twitter, on pose une question et on nous répond. Avant, fallait être journaliste ou animateur pour avoir accès aux personnalités connues. Aujourd’hui, les personnalités font leur propres relations publiques.

Après ça, on peut toujours se questionner à savoir si Dominic Arpin est le meilleur porte-parole pour attirer les jeunes vers les métiers du transport. Pourquoi pas Marie-Mai tant qu’à faire. Je l’imagine bien moi Marie-Mai dans un truck stop…

Bang!

24 Mai

Ma mission depuis 3j 7h 22m 25s

Avant d’aller plus loin…

23 Jan

…j’aimerais en profiter pour vous offrir un petit billet tranquille, loin de la polémique des derniers jours. Je me rends compte que dans l’excitation de publier au plus vite, j’en ai oublié les présentations… D’ailleurs, je veux souligner que la controverse ne sera pas le fond de commerce de ce blog. Bien sûr, à l’occasion, je ne m’empêcherai pas de brasser la cage, mais vous retrouverez un peu de tout ici. Des entrevues avec des gens qui ont des choses à dire (et non à vendre), des commentaires sur l’actualité, des questions surtout, des souvenirs des mes années médiatiques montréalaises, peu importe, tant que ça reste de l’ordre de l’urgence de m’exprimer, de partager et de susciter la réflexions et non de l’obligation de remplir de l’espace.

À ce propos, je dois dire que le raz-de-marée qu’a provoqué mon billet sur Loco Locass vs L’Empire vs Hugo Dumas m’a vraiment laisser sans voix! Bien sûr, je savais que ça allait faire jaser, mais à ce point… Pour avoir divulgué mes statistiques de fréquentation de ces 48 heures infernales à quelques blogueurs aguerris, je sais maintenant que j’ai réussi en quelques heures ce que beaucoup de blogs mettent des mois à atteindre: faire connaître mon blog!

À ce propos, je voudrais préciser quelque chose. Si c’est ici que Biz a accepté de commenter l’article de La Presse, c’est essentiellement dû à une question de confiance entre lui et moi. Je lui avais envoyé ma question la veille de la sortie de l’article d’Hugo Dumas (un hasard total et, il faut l’avouer, un méchant bon timing…). Comme j’ai suivi la carrière de Loco Locass depuis ses tout débuts et que j’ai réalisé plusieurs entrevues, participé à leur Musicographie et pris des bières avec eux à l’occasion, la relation de confiance était installée depuis longtemps. Et j’ai l’impression que cette exclusivité accordée par Biz faisait également office de retour d’ascenseur après toutes ces années à leur fournir de l’exposure médiatique (que ce soit à Voir ou à Radio-Canada). Biz savait très bien qu’en me donnant ses commentaires explosifs, il allait me donner un coup de pouce pour promouvoir mon blog. Drôle comme les rôles peuvent parfois s’inverser…

Cette frénésie de clicks, de retweets et de commentaires a confirmé mon envie de plonger dans cette nouvelle aventure après quatre ans de quasi-silence publique. Et si vous vous posez la question, le 2.1 qui suit le Parazzz est ironique, bien sûr, mais il est également synonyme d’un constat: celui d’être passé à une nouvelle étape dans ma vie de professionnel des communications. Je crois plus jamais au pouvoir de l’internet et à un bouleversement inévitable et irréversible de la consommation, de la production et du partage de l’information. Et je veux en faire partie.

Petit retour aussi sur mon sondage publié au moment de la mise en ligne de Parazzz 2.1. À la question: Liriez-vous un blog signé Eric Parazelli:

45% des répondants ont choisi «Peut-être si il sait être pertinent, intéressant, divertissant, etc.» Logique. Jaurais certainement répondu la même chose.

23% ont choisi: «Oui, mon intérêt pour lui et ses réflexions sont inconditionnels» Ce choix de réponse était bien sûr d’un humour auto-dérisoire et j’ose espérer que ceux et celles qui l’ont choisi en étaient conscients. Dans le cas contraire, j’essaierai d’en être digne.

14% ont choisi: «Oui, s’il ne tombe pas uniquement dans la nostalgie de sa carrière journalistique passée.» Bon à savoir et à garder en tête, mais j’ai quand même plusieurs souvenirs et secrets que je ne pourrai pas m’empêcher de vous dévoiler à l’occasion…

5% ont choisi: «Oui, même s’il faut payer pour.» C’était une blague si l’on tient compte du potentiel commercial quasi nul des blogs (sauf exception). À ceux et celles qui ont choisi cette réponse, envoyez moi vos coordonnées, je vous enverrai ma facture mensuelle… 😉

Finalement, parmi les 12% de ceux et celles qui ont laissé un autre choix de réponse, ça allait de «we luv parazellouille!», «Parazzz fut une inspiration pour moi, please blog Parazzz!», «Oui, si LUI me paye pour le faire» à «C’est qui ça Eric Parazelli?»

Et 0% ont répondu non. Alors plus question de reculer…

Revenez plus tard!

11 Jan

C’est pas encore chaud…

… en attendant, concentrez vos énergies ailleurs, là où on a besoin de vous…



%d blogueurs aiment cette page :