Tag Archives: Bandeapart.fm

La fois où j’ai réalisé un Mix/Portrait de Laurent Garnier (2005) #Numérisationencours

4 Avr Laurent Garnier

Laurent GarnierPuisé à même mes archives, je vous offre un Mix/Portrait du légendaire DJ et producteur français Laurent Garnier, réalisé en 2005. Enjoy!

 

Publicités

FlashBap 10 ans: Parazzz en entrevue pour les 10 ans de BAP.FM…

20 Jan

… avec en prime une chronique d’un disque de Muzion chez Ménick, le barbier des sportifs, directement des archives de BAP.FM!

Vous pouvez aussi visionner des segments de leur magazine innovateur Extatique par ici

FlashBap 10 ans: Portrait de Camille, 2005

20 Déc
Souvenir d’une belle rencontre avec une créatrice géniale: Camille. Rencontrée sur une terrasse aux Francofolies de Montréal, été 2005, pour le compte de Bandeapart/Radio-Canada.

10 ans de BANDEAPART.FM: Flashbap!

2 Nov

Cette vidéo est la première capsule d’une série de 5 ou 6 que j’avais réalisées sur la formation hip-hop du quartier St-Michel KZ Kombination. La première fois qu’elle a été diffusée c’est lors du lancement du projet BANDEAPART.FM en janvier 2001.

L’autre jour, je suis tombé sur une vieille boite entreposée dans mon sous-sol. Une boite remplie pèle-mêle de tout de sorte de trucs que j’avais ramassés en quittant la grande tour de Radio-Canada il y a cinq ans presque jour pour jour. J’étais content de voir que je pouvais toujours visionner ces topos ultra-compressés et pixelisés à la limite d’un tableau cubiste. D’entendre l’artiste de musique électronique Laurent Garnier faire une charge à fond de train contre le piratage de la musique sur Internet (il y a 10 ans!), de voir une Mara Tremblay en pleine création avec Olivier Langevin et Pierre Girard durant l’enregistrement de Papillons, d’écouter ce jeune homme longiligne à la personnalité naissante, à la fois confiant mais timide déambuler dans une rue de Hull, parler de la nécessité de déménager à Montréal; un certain Pierre Lapointe… Sans parler des Jorane, Freeworm, Jardiniers, DJ Maus, WD-40 et autres Couch Potatoes (qui?!)… Un peu plus et une pipe m’apparaissait dans une main et une marchette dans l’autre!

Il y a 10 ans, peu de média avait exploité les possibilités créatives de la vidéo sur le Web.  BANDEAPART.FM est venu bouleverser à sa façon la manière d’informer, de divertir et d’intéresser le public à la musique émergente. On donnait à voir et à entendre sur Internet alors qu’aucune télévision (y compris celle de Radio-Canada) ne voyait la nécessité de rendre compte de la naissance d’une révolution musicale. BANDEAPART y a participé à cette révolution, à ce changement de garde, à ce renouvellement des forces créatrices musicales québécoises.

10 ans plus tard, l’ouragan s’est calmé, la relève côtoie les vieilles croûtes aux heures de grande écoute, le Québec a musicalement (presque) rattrapé le reste de la planète occidentale, une multitude de blogues, de publications, de podcasts, de radio communautaires et universitaires, les pages des sections musiques d’hebdos et de quotidiens et quelques émissions de télé font une place de choix à une nouvelle génération d’artistes musicaux qu’ont qualifiait de marginale il y a 10 ans.

Et BANDEAPART.FM est toujours là. La gang a changé, s’est agrandie surtout. Parait même que le nouveau boss les cite en exemple ce qui augure plutôt bien pour un avenir que j’estimais incertain il n’y a pas si longtemps. Avez-vous écouté/regardé/participé leur nouveau magazine Extatique? Encore une petite révolution. Une révolution payée par nos taxes en plus! C’est tellement rare qu’on puisse affirmer que nos taxes sont utilisées à bon escient, et depuis 10 ans! Ça vaut la peine de célébrer!

Justement, il y aura une émission spéciale 10e anniversaire le 20 janvier 2011!

De CyberBlack à Realtime Réalité: parcours d’un visionnaire atypique

18 Jan

Au moment où j’écris ces lignes, Pierre Côté vient de confirmer en-ligne que son travail avec la communauté web a porté fruit; 25 000 litres d’eau seront acheminés du Lac St-Jean à Haïti!

Quelques minutes plus tôt, un reportage complet sur lui et son show transmédia a été diffusé au Téléjournal (quelques jours plus tard que le NY Times, CNN et la BBC, qui en ont aussi fait mention, mais bon, ce ne sera pas la première ni la dernière fois que les médias traditionnels québécois sont lents sur la gâchette quand vient le temps de flairer la nouvelle, surtout qu’elle est dans leur cour…).

Ça m’a ramené beaucoup de souvenirs à propos de Pierre Côté (dont certains qu’il m’en voudrait de relater ici ;-). Je connais Pierre depuis l’époque où je l’ai rencontré dans les corridors de MusiquePlus (début des années 90). C’est lui le premier qui m’a incité à écrire des articles, des entrevues et des critiques sur la musique par le biais du site CyberBlack, premier webzine sponsorisé (par Black Label) de l’histoire du web québécois. C’est aussi lui qui m’a prêté un coin de bureau et un ordi lorsque j’ai quitté M+ pour me lancer dans le vide, avant le Voir, avant Bandepart.fm, avant Radio-Canada.

On ne s’est jamais vraiment perdu de vue, même depuis que j’habite «en région», surtout grâce à Twitter et Facebook. Et j’en ai vu passer des commentaires à son endroit. Des durs et des très durs. Je l’ai vu se faire engueuler live via skype par un disjoncté qui s’est empressé de se montrer la face sur Realtime Réalité dès qu’il a vu le compteur frôler les 2000 viewers simultanés…

Bref, oui Pierre Côté est une drôle de bébitte. Oui, il n’est pas évident à saisir. Oui, il est ultra-sensible et a besoin de se sentir exister. Mais oui, il est un visionnaire. Il est un battant. Il est un cas d’espèce et un pionnier dans la jeune histoire du web québécois.

Et ce qu’il fait avec Realtime Réalité depuis la semaine dernière tient du miracle, mais aussi de l’acharnement d’un gars qui, je l’espère de tout coeur, a enfin trouvé un filon qui mettra en valeur son potentiel et clouera le bec à ses détracteurs.

%d blogueurs aiment cette page :